Besoin de soulager la douleur provoquée par un choc et accélérer la cicatrisation d’une ecchymose, appelée familièrement bleu, ou d’un hématome ? Il va falloir que vous procédiez en plusieurs étapes.

Dans un premier temps, commencez par limiter le saignement au niveau de la blessure avec de la glace. Puis appliquez un bandage compressif pour empêcher la propagation du saignement, mais sans faire de garrot.

Comme deuxième étape, appliquez de la chaleur. Cela stimulera la circulation et éliminera le sang accumulé sous la peau.

Et s’il n’y a pas de plaie ouverte, alors vous pourrez appliquer des pommades et compresses à base de plantes favorisant la cicatrisation.


Qu’est-ce qui ne va pas ?

Bleu et hématome, symptômes :

Un bleu, ou ecchymose, apparaît quand on se cogne assez fort pour endommager les petits vaisseaux sanguins de la peau, les capillaires. Ce qui provoque un saignement diffus dans les tissus.

Un hématome traduit la présence d’une poche de sang au sein d’un tissu ou  dans un espace (ex. : une articulation).

Dans les deux cas, la chair est enflée et prend une coloration violacée… avant de virer au verdâtre… puis au jaune avec la dégradation de l’hémoglobine. 

En règle générale, les bleus et les hématomes bénins disparaissent au bout de 10 à 14 jours sans aucun traitement.


D’abord le froid…

1. Refroidissez la zone.

Appliquez de la glace DÈS QUE POSSIBLE.

Pourquoi ? Parce que l’action du froid sur les vaisseaux sanguins autour de l’hématome limite la propagation du sang dans les tissus.

Dans les magasins de sport, vous trouverez des poches souples remplies de gel, spécifiquement conçues pour les blessures. En tant qu’athlète, vous devriez en conserver une ou deux dans votre congélateur.

Cela dit, un sac de petits pois surgelés enroulé dans une serviette de toilette (histoire d’éviter la sensation de brûlure) fera très bien l’affaire.

Et ce n’est pas tout : vous pouvez aussi tremper un gant de toilette dans de l’eau glacée et le poser sur le bleu pendant 10 minutes.

Quel que soit le moyen utilisé, retirez-le après 10 minutes et attendez à peu près 20 minutes avant de le replacer. Cela vous évitera de ne pas brûler la peau.


Comment faire pour confectionner une poche de glace ?

Si vous vous cognez régulièrement (ex. : sport de contact, cascadeur, etc.), alors une poche de glace peut vous être utile.

Pour en avoir toujours à disposition, remplissez un sac en plastique étanche  :

– De deux tasses d’eau,

– Et d’un tiers de tasse d’alcool.

Refermez le sac et placez-le au congélateur. La glace se forme en quelques heures. Conservez la poche verticalement, fermeture vers le haut, histoire d’éviter les fuites.


2. Un bandage compressif.

Vous vous êtes blessé au bras ou à la jambe et l’hématome est important ? Alors appliquez immédiatement un bandage compressif. Il stoppera l’hémorragie et limitera l’extension de l’hématome.


3. Limiter le débit sanguin au niveau de la blessure.

Si l’hématome est important, limitez le débit sanguin au niveau de la blessure : allongez-vous et posez le membre touché sur un coussin, en position surélevée par rapport au cœur.


… Puis la chaleur

4. Réchauffez la zone.

Après avoir refroidi l’hématome pendant 24 heures, appliquez localement de la chaleur. Pourquoi ?

– Cela stimule la circulation,

– Et facilite l’élimination du sang et des toxines accumulés au sein de la plaie.

Mais attention : ne le faites jamais juste après la blessure, car sinon cela brûlerait les vaisseaux sanguins lésés. 

Des bains chauds peuvent suffire.

Dans les magasins de sport, vous pouvez acheter des patchs chauffants électriques, à utiliser pendant 15 à 20 minutes plusieurs fois par jour. Suivez bien les instructions fournies avec le produit.


5. La bouillotte.

Un grand classique. Vous pouvez bien sûr placer une bouillotte sur le bleu.

Bon à savoir : certaines bouillottes, vendues en pharmacie ou sur Internet, peuvent se chauffer au micro-ondes.


6. Une compresse de camphre.

Une compresse chaude de camphre soulagera aussi la douleur. Le camphre contient des substances qui réduisent les gonflements et régénèrent les cellules. Préparez une solution à usage externe uniquement.

Pour cela, versez un demi-litre d’eau bouillante sur 30 g de feuilles de camphre séchées ou 60 g de feuilles fraîches.

Laissez macérer 10 minutes, puis filtrer.

Imbibez une compresse de gaze ou un gant de toilette de cette solution. Appliquez celle-ci sur l’hématome pendant 1 heure.

Attention, n’utilisez pas cette technique en cas de plaie ouverte.


7. Du vinaigre à l’eau.

Appliquez du vinaigre mélangé à de l’eau chaude :

– Le vinaigre augmente le débit sanguin,

– Et favorise l’élimination de la poche de sang qui s’est formée avec le bleu.

Prenez bonne note que l’hamamélis est aussi très efficace.


Les pommades cicatrisantes

8. L’arnica.

On connaît depuis longtemps les vertus cicatrisantes de l’arnica. Cette plante renferme une substance qui réduit l’inflammation et les gonflements. Appliquez tous les jours une pommade ou un gel à l’arnica sur l’hématome.

Fait à noter, l’arnica, sous de multiples formes (crèmes, granules homéopathiques, infusions pour compresses, etc.), soulage les hématomes et bleus.


9. Le persil.

Saupoudrez la blessure de persil frais haché, puis appliquez une bande de compression. Selon certains spécialistes, le persil aurait un effet :

– Anti-inflammatoire ;

– Analgésique ;

– Cicatrisant.


10. L’huile de millepertuis.

Massez le membre touché avec de l’huile de millepertuis. Le millepertuis est généralement vendu sous forme de gélules ou de tisane pour traiter la dépression légère, certes, mais l’huile possède des propriétés cicatrisantes.

L’huile de millepertuis est riche en tanins, des substances astringentes :

– Qui favorisent la cicatrisation des tissus,

– Et qui freinent les hémorragies.

Pour renforcer son action, commencez ce traitement juste après la contusion, à raison de trois massages par jour.


Les comprimés

11. La broméline.

La broméline, une enzyme contenue dans la tige d’ananas, scinde les protéines à l’origine de l’inflammation et de la douleur.

Prenez 500 mg maximum de broméline par jour. Prenez-en entre les repas. Jusqu’à ce que le bleu se résorbe.

Vous pouvez aussi utiliser une pommade à la broméline.


12. L’arnica en granules.

Essayez l’arnica en granules homéopathiques. Dès l’apparition de l’hématome, prenez une dose toutes les 4 heures. Prenez quatre doses le premier jour.

Puis, réduisez à deux ou trois doses par jour, au fur et à mesure que le bleu s’estompe.


Comment bien choisir vos analgésiques ?

Ne prenez pas d’aspirine si un bleu ou un hématome vient juste de se former, sinon vous risqueriez d’aggraver la situation. L’aspirine fluidifie le sang, ce qui signifie :

– Qu’il s’écoulera plus facilement sous la peau,

– Et intensifiera la coloration bleue typique.

Même chose pour l’ibuprofène.

Prenez plutôt du paracétamol contre la douleur.

Si vous vous faites souvent des bleus et que vous prenez de l’aspirine régulièrement (ex. : pour réduire le risque d’infarctus), parlez-en à votre médecin. Mais, quoi qu’il arrive, n’arrêtez pas l’aspirine sans un avis médical.


Mieux vaut prévenir que guérir

13. La vitamine C.

Si vous vous faites souvent des bleus, il est possible que vous manquiez de vitamine C. Cette dernière augmente la résistance des parois capillaires, limitant les hémorragies et la formation des bleus.

Pour un apport supplémentaire :

– Mangez davantage de poivron et d’agrumes,

– Ou prenez des suppléments vitaminés ; pas plus de 1 000 mg de vitamine C par jour maximum, en plusieurs doses.


14. Les flavonoïdes.

Les flavonoïdes stimulent l’action de la vitamine C dans l’organisme. Alors augmentez votre apport en flavonoïdes. Comment ? En mangeant plus de carottes, d’abricots et d’agrumes.

L’extrait de pépin de raisin est également une excellente source de flavonoïdes. Prenez-en 100 mg par jour maximum.


15. La vitamine K.

Les personnes sujettes aux hématomes présentent parfois un déficit en vitamine K (qui aide à la coagulation). On la trouve dans le chou frisé, le brocoli, les choux de Bruxelles et les légumes à feuilles vertes. 

Si vous préférez la solution du complément multivitaminique, prenez les comprimés au cours des repas pour favoriser leur absorption.


Devez-vous appeler le médecin ?

Si des hématomes apparaissent mystérieusement sur votre corps alors que vous ne vous êtes pas blessé, consultez un médecin. Car ils peuvent être dus à une maladie plus sérieuse ou à la prise d’un médicament anticoagulant.

Voyez aussi un médecin si :

– Vous avez pris un coup sur une articulation et qu’elle a enflé ;

– L’hématome ne s’est pas estompé au bout de 1 semaine ;

– La douleur persiste ;

– L’hématome s’accompagne de fièvre ;

– La contusion est située autour de l’œil ou sur le crâne.

Bien amicalement vôtre et à bientôt.

Bleu et hématome : Comment Les Traiter Avec 15 Remèdes Maison

Kerim Yilmaz

La plupart des sportifs ne sachant pas réduire leur graisse sans perdre leurs muscles, j’ai mis au point une méthode, appelée CorpsFiit, pour les aider à équilibrer leurs repas, à faire du sport intelligemment chaque semaine et être en pleine forme afin d'améliorer leurs performances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.