Comment savoir si vous faites de l’allergie ?

Démangeaisons, éternuements, nez et yeux irrités… Voilà les manifestations classiques du rhume des foins et d’autres allergies.Allergie - Comment Les Traiter Avec 31 Remèdes Maison - CorpsFiit.com

Les médicaments antihistaminiques, dont certains sont en vente libre, sont le traitement de base des symptômes allergiques. Mais certains remèdes naturels ont aussi une action antihistaminique (ou antiallergique) qui peut être suffisante. Par exemple, la prise de compléments de ginkgo biloba peut atténuer certaines réactions allergiques.

En matière d’allergies, la prévention et l’élimination des allergènes jouent un rôle primordial. Donc :

– Faites la chasse aux acariens,

– Et limitez au maximum les contacts avec les substances auxquelles vous êtes sensibles.


Qu’est-ce qui ne va pas ?

Allergie, symptômes :

Les allergies traduisent une réaction excessive du système immunitaire à des substances normalement bénignes :

– Comme les pollens (à l’origine du rhume des foins),

– La poussière,

– Les squames (salive séchée, débris cutanés, cheveux),

– Les déjections d’acariens,

– Ou les moisissures.

Le système immunitaire ignore théoriquement ces substances. Il n’intervient qu’en cas de réelle menace pour l’organisme – notamment lors d’infection par des bactéries ou des virus. En cas d’allergie, il ne parvient plus à établir de distinction entre les substances inoffensives et les agressions potentiellement dangereuses.

Le contact avec l’allergène peut se faire par :

– Ingestion (allergie alimentaire ou médicamenteuse) ;

– Capillarité (allergie de contact, par exemple, à des plantes ou à des métaux) ;

– Inhalation (allergie respiratoire, comme celle au pollen) ;

– Injection (allergie médicamenteuse).

On ignore les causes précises de l’allergie, mais ça se guérit au fil du temps.


Des antihistaminiques naturels

1. L’ortie.

L’ortie contient une substance qui agit comme un antihistaminique. Elle apaise surtout les symptômes du rhume des foins (nez bouché et larmoiement).

Vous trouverez des gélules ou des sachets de feuilles d’ortie séchées dans les magasins de produits diététiques. Prenez 300 mg trois fois par jour. Si cette dose n’est pas efficace, alors augmentez la posologie (à 500 ou 700 mg).


2. Le ginkgo biloba.

Connu pour ses vertus sur la mémoire, le ginkgo biloba aiderait aussi à lutter contre les allergies. Il renferme des ginkgolides, molécules qui seraient capables de stopper l’activité d’un médiateur de l’inflammation allergique, appelé  PAF (Facteur d’Activation Plaquettaire).

Vous pouvez en prendre quotidiennement jusqu’à 240 mg.


3. La quercétine.

La quercétine, le pigment qui donne sa couleur au raisin noir et au thé vert, bloque la production d’histamine.

Prenez une gélule de 500 mg deux fois par jour.

Attention, ne prenez pas de quercétine en même temps que les gélules d’ortie, car l’ortie renferme aussi de la quercétine !


À essayer absolument

4. Les oméga-3.

Les oméga-3 aident l’organisme à se défendre contre les inflammations en général et, par conséquent, peuvent atténuer les réactions inflammatoires associées à l’allergie. Ces acides gras sont notamment présents dans le saumon. Les sardines. Le thon. Et le maquereau.

Si vous préférez prendre de l’huile de poisson en gélules, choisissez une supplémentation associant EPA et DHA. Ceux-ci sont les deux formes les plus actives des oméga-3. Prenez l’équivalent de 500 à 1 000 mg d’EPA/DHA par jour.


Mise en garde sur l’utilisation de l’huile de poisson :

Contre-indiquée pendant la grossesse, sauf sous contrôle médical. Ne pas dépasser la posologie recommandée (un apport excessif peut perturber la coagulation du sang).

Demande un avis médical en cas de diabète ou de prise régulière de fluidifiants sanguins, y compris l’aspirine.

Déconseillée en cas de trouble de la coagulation, de maladie hépatique, d’hypertension ou d’allergie aux poissons.

L’huile de poisson accroît le temps de saignement, ce qui peut entraîner des saignements de nez et favoriser les ecchymoses.

Peut provoquer des troubles stomacaux.


5. Les graines de lin.

L’huile de graines de lin est également une source d’oméga-3.

Vous pouvez en prendre une cuillerée à soupe par jour. Ajoutez-en par exemple à une vinaigrette ou à un jus de fruits. Ou alors, incorporez-en à un dessert.

Seulement, évitez de la faire chauffer.


Pour apaiser naturellement les irritations

6. La compresse d’eau froide.

Pour calmer les démangeaisons et les gonflements oculaires, appliquez des compresses d’eau froide sur les yeux.


7. Votre propre solution saline.

Les sprays ou doses de sérum physiologiques utilisés pour l’hygiène du nez permettent d’humidifier les muqueuses. Mais une étude récente a montré que certains de ces produits renfermaient un conservateur susceptible d’irriter les sinus. Du coup, mieux vaut préparer votre propre solution saline. Pour ce faire :

Il vous suffit de dissoudre une demi-cuillerée à café de sel dans 250 ml d’eau chaude. Remplissez ensuite de ce liquide une poire en caoutchouc ou une petite seringue prévue à cet effet. Puis injectez-le doucement dans chaque narine, en vous penchant au-dessus d’un lavabo.


Contre le rhume des foins

8. Évitez de vous exposer.

Ne sortez pas avant un orage et pendant les 3 heures qui suivent. Pourquoi ? Parce que le taux d’humidité de l’air augmente fortement avant et pendant les orages. Ce qui entraîne l’éclosion des grains de pollen, qui libèrent leurs substances allergènes.

Sachez que le pollen est l’un des allergènes les plus fréquents chez l’enfant.


9. Les lunettes de soleil.

Si vous devez sortir en pleine saison pollinique, portez des lunettes de soleil très couvrantes afin de limiter le plus possible les irritations oculaires.


10. Le masque protecteur.

Si possible, portez un masque protecteur lorsque vous savez que vous allez être exposé aux pollens.

Vous trouverez des masques filtrants efficaces et bon marché dans les pharmacies et magasins de bricolage. Notez que ces masques servent à se protéger de la poussière.


11. Le piège à pollen.

Préparez une sorte de « piège à pollen » en appliquant une noisette de vaseline à l’entrée de chaque narine. Les spores de pollen devraient s’y coller avant que vous ne les inhaliez.


12. Montez les vitres.

Fermez les fenêtres quand vous êtes en voiture. Si vous mettez la climatisation, choisissez la position « circuit fermé ». Cela  évitera à l’air chargé de pollen de pénétrer dans l’habitacle.

Note : certains modèles de voiture peuvent être équipés d’un filtre spécial. Renseignez-vous auprès du concessionnaire.


13. Lavez-vous les cheveux.

Pendant la saison pollinique, lavez-vous les cheveux avant de vous coucher. Pourquoi ? Pour ne pas déposer poussières et pollens sur l’oreiller.


Contre les acariens

Qu’est-ce que les acariens ? Ce sont des organismes microscopiques qui se nourrissent de squames humaines et animales. Ils prolifèrent surtout dans les tapis, les moquettes, les rideaux et la literie, et sont allergènes par le biais de leurs déjections.

14. Les housses « antiacariens ».

Pour vous débarrasser des acariens, recouvrez vos matelas, oreillers et couettes de housses traitées spécifiquement contre les acariens. En vente sur Internet et dans les grands magasins.


15. Chassez la poussière.

Dépoussiérez la maison chaque jour, fenêtres grandes ouvertes, en l’absence de l’adulte ou de l’enfant allergique.


16. L’aspirateur à votre service.

Aspirez tapis et moquettes régulièrement.

Achetez si possible un aspirateur très puissant. Muni d’un double sac. Et équipé d’un filtre HEPA (High Efficiency Particulates Air Filter), capable d’aspirer les petites particules – surtout les déjections d’acariens.


17. Des draps propres.

Changez les draps une fois par semaine et lavez-les à 60 °C minimum pour être sûr de tuer les acariens.


18. Une décoration épurée.

Évitez d’avoir trop d’objets qui traînent et de bibelots (petits objets décoratifs) pour limiter la poussière, et donc les acariens.


19. La poudre acaricide.

Tous les deux mois, vaporisez une poudre acaricide sur vos tissus d’ameublement (fauteuils, rideaux, tapis…).


20. Le déshumidificateur.

Installez un déshumidificateur. Un air sec permet de réduire de manière significative le nombre d’acariens.


21. Ouvrez les fenêtres.

Renouvelez l’air de votre intérieur en ouvrant vos fenêtres en grand au moins 10 minutes chaque jour.


22. Préférez un sol carrelé.

Au moment d’aménager un appartement ou une maison, choisissez plutôt du carrelage ou du parquet que des moquettes. Et limitez le nombre de tapis.


L’allergie aux animaux domestiques

L’allergie aux animaux domestiques impose certaines précautions. Lorsqu’elle est très forte, la seule solution consiste à renoncer à avoir un animal à la maison.

23. Pas d’animal de compagnie dans votre chambre.

Ne laissez pas votre animal de compagnie entrer dans votre chambre à coucher. Les allergies peuvent être provoquées par les poils, les squames ou la salive. Ces résidus restent longtemps dans la pièce, même lorsque l’animal n’est plus là.


24. Une niche dehors.

Certains chiens peuvent parfaitement vivre dans une niche à l’extérieur. Cela peut être la solution idéale si vous ou une personne de votre famille êtes allergiques aux chiens.


25. Lavez votre animal.

Lavez votre animal une fois par semaine. L’eau permet d’éliminer près de 85 % des squames. Utilisez un shampooing spécial.


Purifier l’air

26. Les filtres à air.

Les filtres à air modernes sont efficaces contre les allergènes de l’air (acariens, pollens, poils, poussières diverses…). Surtout les filtres récents de type HEPA, capables d’éliminer de très petites particules.

Avant d’acheter un appareil, renseignez-vous sur ses capacités de filtrage. Si vous en installez un dans votre chambre, veillez à bien fermer la porte de celle-ci de façon à ce qu’il filtre uniquement l’air de cette pièce.

Cependant, ces filtres ou purificateurs ne peuvent rien ou presque contre les microparticules qui stagnent dans les tapis ou moquettes. Ils doivent donc être considérés comme une mesure d’appoint. L’essentiel est de diminuer le plus possible les sources de poussière (tapis, tentures, moquettes…).


27. Le nettoyage de fond.

Un nettoyage de fond en comble de la maison permet de réduire la poussière, les moisissures, les squames et les autres allergènes les plus fréquents.

Effectuez un grand ménage deux fois par an, par exemple, une au printemps et une à l’automne. Avec une solution détergente, lavez toutes les surfaces. L’intérieur des placards. Les plans de travail. Les radiateurs. Meubles de cuisine. Plinthes.  Et après, rincez bien.

Nettoyez les meubles avec un chiffon humide.

Si c’est vous qui êtes allergique, vous aurez peut-être besoin de faire appel à quelqu’un pour ces tâches. Et ne restez pas dans la maison tout au long du ménage.


28. Déshumidifiez ces endroits.

Les caves et les pièces en sous-sol sont de véritables nids à acariens et moisissures, surtout si elles sont un peu humides. Si c’est le cas, alors prévoyez un déshumidificateur, branché en permanence. Et pensez à le vider régulièrement.


29. Aspirez le séchoir à linge.

Les séchoirs à linge électriques rejettent parfois beaucoup de poussière. Évitez de nettoyer vous-même le filtre si vous êtes allergique. Et passez un coup d’aspirateur tout autour si besoin est.


Pour finir en beauté…

30. Une technique contre l’allergie au pollen.

Ce remède a été testé avec succès par l’armée américaine :

Il consiste à consommer du miel produit dans sa région d’habitation. Et même, si possible, aussi les rayons comprenant les alvéoles de cire. Explications :

En mangeant le miel fabriqué par les abeilles de son environnement, on pourrait parvenir à se désensibiliser aux pollens locaux.

Commencez deux mois avant la période à laquelle vous souffrez le plus du rhume des foins. Pour cela, avalez deux cuillerées à soupe de miel par jour, par exemple, comme dessert à la fin d’un repas. Puis mâchez la cire pendant 5 à 10 minutes.

Poursuivez cette cure jusqu’à la fin de la période critique.


31. Ne renoncez pas au jardinage.

Si vous aimez jardiner, ne vous privez pas de ce plaisir. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’il est tout à fait possible d’aménager votre jardin de manière à réduire les symptômes d’allergie.

Choisissez des plantes pollinisées par les insectes. Exemple : les géraniums, les iris, les clématites.

Si nécessaire, remplacez les pelouses par des dalles. Car la tonte d’herbe est un puissant facteur allergène.

Ne plantez pas de haie vous-même et ne vous lancez pas non plus dans leur taille.

Évitez aussi de vous occuper du compost. Celui-ci génère de nombreuses moisissures.

N’hésitez pas à prendre contact avec les associations spécialisées dans les allergies respiratoires, dont l’asthme : en fonction des allergènes auxquels vous êtes sensible, elles vous conseilleront des plantes et des cultures adaptées à votre cas.


Un baiser dangereux…

Lorsque l’on est allergique à un aliment, on pense naturellement à l’éliminer :

– En tant que tel,

– Et aussi comme ingrédient de préparations industrielles (arachides, œufs, etc.).

Mais on ne pense pas toujours à tous les risques.

Citons le cas de cette jeune femme qui a eu une très forte réaction allergique aux crustacés… simplement après avoir embrassé son compagnon. Celui-ci avait mangé des crevettes 1 heure auparavant.

Les lèvres de la jeune femme se sont mises à enfler. Sa respiration est devenue sifflante. Et elle a commencé à étouffer. Mais ce n’est pas tout : elle a eu une poussée d’urticaire, des douleurs à l’estomac et sa pression artérielle s’est effondrée.

Elle a heureusement survécu. Mais la leçon à tirer de cette expérience est claire : si votre partenaire est allergique à un aliment, mieux vaut que vous y renonciez aussi.

On ne sait pas s’il suffit de se brosser les dents et de se rincer la bouche pour éliminer tout danger. Or il est sans doute préférable de ne prendre aucun risque.


Devez-vous appeler le médecin ?

Appelez les urgences sans attendre dans les cas suivants :

– Gonflement de la langue, du visage, des mains ou  du cou ;

– Difficultés respiratoires (avec ou sans sifflements) ;

– Sensation de malaise intense ;

– Parfois de poussée d’urticaire.

Ces symptômes sont le signe d’un choc anaphylactique. C’est une réaction allergique qui peut être mortelle. Certains aliments (arachide, fruits de mer, etc.) et médicaments (antibiotiques) sont souvent en cause. De même que le venin d’abeille (contact après une piqûre).

La plupart du temps, les manifestations de l’allergie restent simplement gênantes et pénibles. Si les médicaments en vente libre ne vous apportent aucun soulagement ; si vous ne parvenez pas à déterminer l’origine de votre allergie, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Bien amicalement vôtre et à bientôt.

Allergie : Comment La Traiter Avec 31 Remèdes Maison

Kerim Yilmaz

La plupart des sportifs ne sachant pas réduire leur graisse sans perdre leurs muscles, j’ai mis au point une méthode, appelée CorpsFiit, pour les aider à équilibrer leurs repas, à faire du sport intelligemment chaque semaine et être en pleine forme afin d'améliorer leurs performances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.